Salon PRODURABLE 2020: les Entreprises à Mission à l’honneur !

La 13ᵉ édition du salon Produrable, qui s’est tenue les 7 et 8 septembre derniers au Palais des Congrès de Paris, a mis particulièrement à l’honneur les Entreprises à Mission.
Divers ateliers traitaient du sujet, sous des angles variés : définition de raison d’être bien sûr, mais aussi engagement des salariés, gouvernance, impact …
La clôture de la ministre Olivia Grégoire a particulièrement marqué les esprits avec cette phrase emblématique : « Après la loi PACTE je veux défendre l’impact ! Emparons-nous du sujet de l’évaluation extra financière et de la transparence des engagements des entreprises ». 

Retour sur les temps forts organisés par la Communauté des Entreprises à Mission

La Communauté des Entreprises à Mission a porté la voix des Entreprises à Mission via une table ronde et un atelier pratique que vous pouvez visionner ci-dessous.

Table ronde “Entreprise à mission : vers une RSE 3.0 ? Un nouveau modèle de développement tourné vers le(s) bien(s) commun(s) !

Lundi 7 septembre – de 10:30 à 11:15

Intervenants :

  • Emery Jacquillat (Président de Camif)
  • Markus Sandmayr (Directeur général France de Blédina)
  • Pascal Demurger (Directeur général de la MAIF)
  • Animation : Anne-France Bonnet (Directrice générale de Nuova Vista)

La “Raison d’Être” relative à la Loi Pacte sur la transformation de l’Entreprise et la demande de transparence plébiscitée par les citoyens mettent en lumière le mouvement à l’œuvre visant à redéfinir le rôle social de l’entreprise pour en faire une force d’innovation et de différenciation. Après des années de transition, n’entrons-nous pas dans une nouvelle dimension, une ère post RSE où l’entreprise et ses parties prenantes, partagent désormais la même vision de la création de valeur partagée, de la contribution active de l’entreprise à la société. La feuille de route 2020-2030 serait-elle de généraliser l’entreprise à mission ?

Quelques messages clés :

  • La mission comme un facteur de résilience, ou un choix stratégique « que je crois totalement pertinent : la singularité de l’entreprise est notre meilleure arme pour lutter contre une concurrence très forte » (Pascal Démurger)
  • La mission comme une boussole pour la gouvernance, « c’est en cheminant vers la société à mission qu’on commence la transformation » (Emery Jacquillat)
  • La mission comme une conviction personnelle du dirigeant,
  • La mission comme le fruit d’un dialogue avec les parties prenantes,
  • La mission comme l’expression de l‘ambition du corps social pour l’entreprise, comme on l’a vu dans l’exemple donné d’une réduction de l’absentéisme par 25% en devenant société à mission à la Maif « on vote avec ses pieds aussi » (Pascal Démurger)

Atelier “Entreprise à mission : mode d’emploi”

Mardi 8 septembre – de 14:30 à 15:15

Intervenants :

  • Pauline d’Orgeval (co-fondatrice de Deuxiemeavis)
  • Guillaume Desnoes (co-fondateur d’Alenvi)
  • Emery Jacquillat (Président de Camif)
  • Animation : Elodie Mellière (Déléguée Générale de la Communauté des Entreprises à Mission)

Téléchargez ici le support de présentation de l’atelier

Un atelier autour des retours d’expériences de dirigeants d’entreprises ayant adopté la qualité de société à mission ou en cours d’adoption :
– Pourquoi devenir une “société à mission” au sens de la loi PACTE ? Comment s’y prendre ? Via quelles étapes clé ?
– Qu’est-ce que la mission ? Comment formuler raison d’être et engagements ?
– Comment constituer le comité de mission ? Avec qui ? Comment l’organiser ?
– Comment engager l’organisation dans ce mouvement ?
– Concrètement, quels impacts sur les pratiques de l’entreprise ? Quels bénéfices ? Et quels nouveaux challenges ?

Quelques messages clés :

  • L’entreprise à mission, levier d’innovation, de compétitivité et de résilience « Dans le monde du e-commerce, si on existe encore c’est qu’on arrive à prouver notre singularité, qu’on se doit de prouver et évaluer » (Emery Jacquillat).
  • L’entreprise à mission, un cadre « très inspirationnel », pour une transformation qui dépasse sa propre entreprise : « En associant les parties prenantes dans sa gouvernance on entraine de fait tout un secteur. » « L’entreprise à mission est quelque chose d’entrainant et non pas contraignant. » (Pauline d’Orgeval)
  • Un chemin qui nécessite du temps « le plus difficile c’est d’inscrire la démarche dans le temps et de la tenir, parce que c’est une démarche qui prend du temps … et pendant tout ce temps là y a le business qu’il faut continuer à développer, et parfois c’est difficile. » Et exige des arbitrages complexes, voire des “renoncements“, comme celui de Camif qui fermait son site internet lors du Black Friday dès 2017. « Il peut apparaître des injonctions contradictoires entre l’exigence du court terme et celle du long terme, et ça demande du courage au dirigeant qui doit embarquer toutes ses parties prenantes dans le projet, il faut tenir. » (Emery Jacquillat)
  • La recherche de cohérence, outil-clé du management de l’entreprise à mission. Ainsi au sujet du lancement d’un nouveau service : « on ne cherche même pas à savoir si d’un point de vue efficacité économique ça va être performant, on a décidé que c’était ce qu’il fallait faire parce que c’est cohérent par rapport a nos engagements. » « La cohérence permet de trancher avec des résultats aussi intéressants en termes d’impact et de modèle économique que de longs calculs de performance. » (Guillaume Desnoës)

Informations pratiques

PRODURABLE est le plus grand rendez-vous européen des Acteurs et des Solutions de l’Économie Durable. Organisé en partenariat avec le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire, PRODURABLE collabore avec les principaux réseaux professionnels et médias spécialisés, et propose deux jours de conférences et networking autour du Développement Durable, de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) et des Marques (RSM) pour dessiner l’avenir de la société. Cette édition s’articulait autour de 3 enjeux phares : la stratégie de l’entreprise, la biodiversité, et les territoires et la ville.